Vous êtes ici : Accueil > Asie du Sud-Est : Thaïlande, Laos, Cambodge > Un mois au Laos
Par : Sandie
Publié : 27 mars 2015

Un mois au Laos

Un mois (déjà) au Laos… et quelques mots et images pour en parler :

On nous avait prévenu, on ne voulait pas y croire, et pourtant elle est bien là. Humide ou sèche, diurne ou nocturne, elle est encore plus terrible à l’arrêt : la CHALEUR !!! Elle épuise nos organismes, mais surtout la nature, aride par endroits. Résultat : on a littéralement mangé la poussière sur les routes !

Heureusement que lui (aussi) est là, serpentant le pays de haut en bas. Il apporte la vie sur ses rives et sur ses îles, il impressionne par sa largeur et son débit : le MEKONG. Nous l’avons navigué sur plusieurs embarcations et toujours nous avons été charmés par ses paysages sereins et verdoyants. Pas toujours si sereins que ça, puisque le Mékong au Laos finit son cours en de puissantes chutes d’eau qui morcèlent le fleuve en 4000 îles.

Elles ne sont pas l’apanage du seul Mékong, la plus belle se loge près de Luang Prabang, elles offrent une fraîcheur bien appréciée : les CASCADES. Qu’elles chutent dans des piscines aux eaux azurées, des jungles touffues, des cirques volcaniques, elles ne nous ont jamais déçus et même toujours surpris.

Jouant dans ces mêmes cascades, souvent vêtus d’uniformes, toujours souriant et saluant de chaleureux “Sabaidee”, les ENFANTS du Laos sont si nombreux qu’ils donnent au pays une atmosphère spéciale et joyeuse. Il faut dire que les femmes ont ici en moyenne 4 enfants. Du coup, les sorties d’école ressemblent à des rodéos de bicyclettes auquels on s’est souvent mêlés.

Avec le grand nombre d’enfants, elle fait la grande différence avec sa voisine la Thaïlande : la PAUVRETE. Pas flagrante dans la très pimpante Luang Prabang, elle se révèle très vite sur les habitations, la plupart des cabanes en bois, et sur les routes, souvent en mauvais état. La vie animale sauvage elle-même se fait plus rare. Face à tout cela et dans un pays pourtant communiste dans la théorie, les habitants font preuve d’une grande solidarité qui nous a laissés admiratifs.

Il faut dire que le Laos a derrière lui une histoire explosive, subissant pendant les guerres de décolonisation les assauts américains. En effet et bien malheureusement, elle n’aura laissé derrière elle que quelques jolies maisons, de bien bonnes spécialités (croissants, baguette), des anciens francophones ainsi que la très appréciée et très jouée pétanque : la COLONISATION française.

Le tout fait du Laos un pays difficile à pédaler mais à la population tellement généreuse et AUTHENTIQUE et aux paysages contrastés !

Et maintenant direction le Cambodge…

A bientôt, et merci à tous ceux qui nous envoient des messages d’encouragement,

Sandie & Thibaud